Fiore : interprétation : Le 1ier Maître Remède : pièce 10v-a

Fiore : interprétation : Le 1ier Maître Remède : pièce 10v-a

Messagede JBD » Mar 31 Mar 2015 11:30

------------------------------------------------------------------
nota bene
Ce post a pour objet de conserver une trace de nos interprétations du manuel de Fiore.
Il s'agit de :
- rentabiliser les bleus aux avant-bras autrement qu'en exhibitions devant une foule de badauds ébahie devant tant de violence et si peu de pop-corn pour aller avec
- ne pas confier notre Grand Savoir uniquement à des neurones susceptibles de sombrer d'une seconde à l'autre dans la démence suite à une exposition inopinée à une affiche des One Direction
- fournir un espace libre d'accueillir toutes les critiques plus ou moins constructives (même celles visant à édifier un mausolée à nos efforts)

- à l'intention d'éventuels néophytes (ce post étant public) : ces mouvements ne sont proposés que dans le cadre d'une pratique raisonnée des AMHE utilisant des simulateurs en bois ou nylon de dagues à rouelle du XIV - XVième siècle et des protections adéquates (masque 350N, gants, veste...).
------------------------------------------------------------------
Source :
https://dl.dropboxusercontent.com/u/189 ... aga_FR.pdf

Texte :
Getty : Je suis le premier maître et je suis appelé remède, car remède signifie que je sais remédier, c’est-à-dire que tu ne te fais pas frapper, et qu’au contraire tu peux frapper et blesser ton ennemi. Et ainsi je n’ai rien de mieux à faire que d’envoyer ta dague au sol en tournant ma main du côté gauche.

Pré-requis : l'idée est de faire face à un coup porté avec toute la force et le poids de l'adversaire (ce n'est pas une pichenette facile à rétracter comme nous en faisons tous en combat libre parce que nous ne voulons pas écailler notre vernis de civilisation), dans un combat sans armure

1. L'interprétation diffère selon que l'on considère être dans une situation de duel ou d'assassinat :
- dans une situation d'assassinat, il n'est pas possible d'anticiper le coup : l'interception du bras armé de l'attaquant se fera donc dans une position assez basse (conforme aux illustrations du manuscrit), avec le tranchant de la main en espérant que le coup défensif contrebalancera la force de la frappe offensive
- cependant, il me semble difficile de tester ce coup dans des conditions réalistes (face à un coup très violent) en tenant compte des rouelles
- dans une situation de duel, le coup peut être légèrement anticipé : l'interception du bras armé peut être envisagée plus en amont : on bloquera alors la main de l'adversaire en position haute afin de lui briser son élan et de ne pas lui laisser l'avantage de son poids et de sa force
- cependant, cette interprétation est moins fidèle aux illustrations du manuscrit

2. le défenseur doit se décaler sur sa gauche (sortir du couloir de l'escrime classique) pour "s'effacer" et ne pas rester en face de l'adversaire :
- pour ne pas être atteint par le bras gauche de son adversaire
- pour pouvoir travailler à deux mains sur le bras armé de son adversaire
- pour bénéficier d'un élan et d'un angle facilitant son interception du bras armé offensif

3. contrairement aux illustrations des manuscrits, on intercepte le bras armé offensif avec le tranchant de la main et non pas en saisissant le bras avec le pouce :
- parce que le pouce du défenseur peut être brisé ou tordu sous le choc
- parce que cela rend plus difficile à l'adversaire l'opération de ré-armer son coup
- parce que le contre à cette parade apparaît plus logique
- parce que cette parade doit pouvoir fonctionner contre un adversaire plus fort (par exemple, ma main ne pouvait pas entièrement saisir le poignet d'Ewen)
- parce qu'il apparaît plus facile de passer à la pièce 10v-c du premier maître si l'on a raté la première parade
- par ce que le mouvement annoncé par Fiore implique de saisir le bras armé avec un mouvement de pince pouce vers le bas, ce qui implique de saisir la dague adverse dans une position très basse

4. il semble important de tordre le poignet de l'adversaire avant de tordre son bras, afin de le priver de sa force avant de la faire plier. L'erreur la plus communément répandue consiste à vouloir forcer le bras de l'adversaire en verrouillant son propre poignet et son propre coude et en tournant son épaule, mais cela ne marchera pas contre un adversaire plus fort (test sur Ewen ou Theo).

Voici l'ordre des mouvements défensifs proposés :
- bouger son pied gauche sur la gauche pour "sortir du couloir" (en évitant le petit bond de cabris et en restant bien en appui sur ses jambes)
- intercepter le bras armé avec le tranchant de la main gauche
- en même temps, ramener son pied droit proche de son pied gauche pour être en position d'équilibre
- tourner la main gauche dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pour tordre le poignet de l'adversaire
- frapper l'adversaire avec le poing droit ou tordre le bras de l'adversaire pour lui faire lâcher la dague
- poursuivre le travail de lutte pour maîtriser l'adversaire...

N'hésitez pas à me signaler toute erreur ou sacrilège que pourrait contenir cette interprétation
JBD
 
Messages: 511
Inscription: Sam 15 Oct 2011 10:54

Retourner vers Dague

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité